F I R D A W S

J’ai toujours entrepris, j’ai toujours eu envie de poser ma pierre à l’édifice

Firdaws a 23 ans, c’est une jeune femme impressionnante tant par son état d’esprit, sa lecture du monde que son originalité. Elle jongle entre modernité et traditionalisme, concepts stéréotypés de genre et féminité. En quête constante de perfectionnement, son ouverture et sa curiosité font d’elle une jeune femme plurielle et exceptionnelle.

Adolescente, elle suit les conseils de sa maman en s’inscrivant en première ST2S dans le but de devenir infirmière mais elle se rend vite compte que cela ne lui convient pas.Elle se rend au CIO pour effectuer un test qui confirme ce qu’elle pressentait; la filière commerce lui tend les bras. Cela fut un vrai combat avec sa maman qui ne voulait pas la laisser abandonner la filière de départ. Elle a finalement pu s’inscrire en STMG et obtenir son baccalauréat avec la mention bien.

Ce n’est pas ce qui m’animais, je voulais entreprendre

Firdaws aime les transactions, vendre, acheter, répondre à un besoin. A l’âge de quinze ans elle se met à acheter et revendre des chaussures en provenance de Chine.

Si je n’ai pas fait les filières que tout le monde acceptait par souci de proximité, c’est aussi grâce à mes professeurs qui ont cru en moi

Ses enseignants la poussent à faire une prépa, convaincus du potentiel détenu par Firdaws. Mais l’internat la freine et l’une de ses enseignante lui parle de l’université Paris Descartes et de sa formation commerciale. Elle postule et est acceptée.

Je ne pensais pas pouvoir être acceptée, moi une petite de Trappes, garçon manqué, qu’est-ce que j’allais faire dans le 16 ème!

Il y avait vraiment une seule personne blanche dans ma classe à Trappes, et là j’arrive à Descartes et je suis la seule personne de couleur et voilée

Elle se rend compte des représentations qu’elle se faisait de ses possibilités et des pensées limitantes qui l’animaient. Elle m’explique qu’à Trappes, les classes étaient de 25 élèves avec “une population noire et arabe à 95%”.

Le contraste avec son nouvel environnement à l’université Descartes est grand, Firdaws réalise que “la France, c’est aussi cela”. Elle obtient son diplôme “technique de commercialisation” puis continue avec une licence professionnelle en alternance chez Danone. Elle poursuivra en master 1 avec Airbus puis, malgré ses bons résultats, s’essouffle. Firdaws a besoin de terrain, elle a besoin de créer et les micro entreprises qu’elle a créées en parallèle lui demandent du temps comme entre autre, sa création de marque de vêtement. Cette jeune femme s’essaie, apprend et avance en permanence ce qui lui a valu d’être incubée pendant son cursus universitaire.

J’avais le statut d’étudiante entrepreneure, c’est ça qui me faisait vibrer

Firdaws décide donc d’arrêter son cursus universitaire, contre l’avis des ses enseignants et de ses parents.

Pour mes parents c’était inconcevable, j’étais à un an du Graal!

Aujourd’hui Firdaws a ouvert une nouvelle société avec son associé Jacob où elle exerce en tant que consultante digitale. Elle accompagne les entreprises et les entrepreneurs à accroitre leurs ventes grâce à leur présence digitale. Ce projet lui sert à financer d’autres projets, “ses projets de coeur” comme le lancement d’une gamme de produits capillaires dédiée aux cheveux africains.

Mon autonomie, mon indépendance et ma liberté sont essentielles

Firdaws est une jeune femme qui chérit sa liberté plus que tout, elle a besoin de se sentir libre. Libre d’être femme, libre d’entreprendre, libre de voguer au fil de ses créations et de ses projets, libre d’affirmer ses croyances et sa féminité.

Firdaws me confie avoir porté le turban pendant de nombreuses années, ce qui ne laissait pas présager de ses croyances. Aujourd’hui comme elle l’exprime “cela ne fait plus de doute quand on me voit!”. Elle ne souhaite pas cacher son identité et dit assumer d’être musulmane ce qui ne l’empêche pas de se réaliser et d’être “chaleureuse, accueillante et ambitieuse”.

Mon voile fait partie de ma féminité

S’aimer, s’accepter, se dire des mots positifs font partie de la routine de Firdaws. Elle m’explique que le voile fait partie de sa féminité, elle se sent belle, elle se sent elle. Elle est coquette, aime le parfum et le maquillage mais apprécie aussi de pouvoir s’en passer au gré de ses humeurs. Sa liberté d’être se manifeste dans tous les aspects de sa vie.

Ma liberté c’est de porter ce que je veux

Une femme forte c’est une femme indépendante

Une femme forte selon Firdaws c’est une femme qui est indépendante, qui s’épanouit elle-même, c’est une femme qui assume, qui “reste motivée et qui veut en découdre avec les obstacles”.

Je vais au cinéma et au restaurant seule, je me fais rire, je m’accorde du temps, je m’aime

1.je suis jeune 2. je suis une femme 3.je viens d’un quartier sensible 4.je suis noire 5.je suis voilée

Firdaws a à coeur de démontrer que tout le monde peut réussir en partant de zéro, peu importe les obstacles ou les biais de lectures par lesquels les gens la condamnent. Elle rit d’ailleurs de son profil en arguant le fait que si elle a pu réussir, tout le monde le peut.

On me dit “tu as géchant”, je réponds “non je suis devenue plus universelle, je suis sortie du dôme”

Firdaws écrit ses objectifs tous les matins et se répète des affirmations positives pour avancer et se rappeler les raisons pour lesquelles elle se bat. Elle entretient ce mental individuellement et veille à s’entourer de personnes qui cultivent cet état d’esprit. Sa communauté; les individus qui veulent progresser et créer un monde meilleur. Le dôme? son concept qui décrit un monde fermé, hermétique au changement qu’elle a très vite observé de loin, aussi bien dans le quartier dans lequel elle a grandi qu’au sein de l’université Paris-Descartes qu’elle a fréquentée.

C’est la répétition qui fait le message, il faut se répéter des choses positives et croire en soi

Firdaws, vous l’aurez compris, c’est la force d’être, la conviction que s’apprécier soi-même et se réaliser sont les clés de la liberté. Cette jeune femme ne se laisse pas définir, elle définit et transcende les biais de lecture classique que nous avons tendance à emprunter pour nous conduire vers plus d’universalité. Elle s’approprie, reformule et crée sa réalité sur fond de valeurs telles que le respect l’ouverture et la tolérance.

Firdaws a aussi joué pendant de nombreuses années au football comme attaquante de pointe, la précision de ses mots, la cohérence de son propos et la bienveillance de sa détermination ne pouvaient pas trouver meilleur poste.

Créativité

Détermination

Esprit d’entreprendre

YOUR COMMENT